Les Ezidis de France

Masacre des Ézidis

Il a été estimé que 23 millions d'Ézidis ont été tués par les musulmans et ont été considérés comme ennemis pendant plusieurs centaines d’années. Ainsi la population Ézidi continue-t-elle de diminuer. Il y a 200 ans, elle était de 2 millions, mais elle est maintenant estimée à moins d'un million dans le Monde. Un courant ''d'incitation'' au massacre en cours est une croyance qui stipule que si un musulman tue un Ézidi il est dit qu'il sera récompensé par 72 vierges dans l'autre monde.

A moins que ces ''incitations'' ne cessent et que ces meurtres absurdes s’arrêtent, les Ézidis devront faire face à une extinction quasi complète. Si cela arrivait, le monde ne perdrait pas seulement un peuple très pacifique et impartial, mais un lien irremplaçable à son passé. Les Ézidis vivant en Irak sont actuellement les gardiens de la plus ancienne tradition religieuse sur la terre.

 

Génocide Ézidis 03.08.2014. Les attaques de l'EI contre la minorité Ézidis en Irak,'' un génocide'', selon l'ONU.

Meurtres, tortures, viols, des conversions forcées, et enrôlement d'enfants, un rapport de l'Organisation des Nations unies (ONU) fait état jeudi 19 mars 2015 des exactions de l'Etat islamique (EI) depuis juin dernier ''contre de nombreux groupes ethniques et religieux en Irak, dont certaines pourraient constituer un génocide'', détaille le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme, dans un communiqué. Les attaques des djihadistes contre la minorité Ézidie ''pourraient constituer un génocide'', affirme le document. ''Le schéma manifeste des attaques contre les Ézidis a indiqué l'intention de l'Etat islamique(EI) de détruire les Ézidis en tant que groupe''. 

Forum

Un massacre de Ezidis eut lieu en avril 2007, lorsque 23 d'entre eux furent assassinés par des musulmans kurdes en Irak. Puis le 14 août 2007, quatre camions-citernes ont explosé à quelques minutes de distance à Qahtaniya, Al-Jazeera et Tell Uzair, gros villages situés au nord ouest de l’Irak, dans le district de Sinjar, près de la frontière avec la Syrie. Les déflagrations ont fait près de 500 morts et plus d’un millier de blessés, en majorité des Ezidis, adeptes d’une de ces religions les plus anciennes de l’humanité. Mais ce n'est que la tentative la plus récente des massacres occasionnés par des extrémistes musulmans .

Il y a près de vingt ans, Saddam Hussein incita à mettre en œuvre un programme d'extermination des Ezidis en les qualifiant d’ « adorateurs du diable » et a ainsi déclenché la persécution des Ezidis par des extrémistes. Dans tout le Moyen-Orient, ce n'était pas un secret que l'objectif de Saddam Hussein était le génocide culturel des Ezidis. En vertu de son régime sauvage, les Ezidis ont été déracinés de leurs villages, de leurs terres agricoles, et ils se sont vu refuser des emplois et même des soins médicaux.

Environ 250 villages ézidis près de Mossoul, dans les montagnes de Sinjar, ont été détruits, et la rivière Dejela, qui fournit les communautés ézides de l'eau potable, a été contaminée par des poisons. Tous les sites sacrés des Ezidis ont été vandalisés et les personnes menacées. Bien que ce programme a été brièvement levé après l'invasion américaine et la capture de Saddam, les rudes conditions semblent revenir. Les Musulmans kurdes bloquent actuellement l'approvisionnement alimentaire des villages ézidis et continuent d'empêcher les Ezidis d’éliminer les poisons encore présents dans leur eau.

Les Ezidis ne peuvent également pas visiter leurs proches dans de nombreux villages contrôlés par les Musulmans, et ne peuvent se déplacer entre les villages ézidis risquant à la fois la torture et la mort. Dans les mosquées, à côté des villages ézidis, les mollahs continuent de qualifier les Ezidis comme "adorateur du diable" et encouragent leur conversion à l'Islam ou les menacent. 


Ce qui suit est une chronologie de bon nombre des 72 attaques d'envergure sur leur civilisation que les Ezidis ont enduré depuis le septième siècle après JC:


630 : Les musulmans ont commencé une série de guerres contre les Yézidis en tuant et en enlevant beaucoup de personnes.

637 : Une guerre majeure a été engagée contre les Ezidis, puis les musulmans ont brûlés et détruisent une grande partie de leur territoire.

980-81: L'armée Kurde a entouré les villages Ezidis dans la région Hakkar. Ils ont promis la miséricorde aux Yézidis s'ils se rendaient à eux, mais n'ont pas tenu leur promesse. Au lieu de cela, la plupart des Ezidis ont été massacrés. Ceux qui ont survécu ont été contraints de se convertir à l'Islam.

1107: Environ 50.000 familles Ezidis ont été détruites pendant une période de l'expansionnisme musulmane dans le pays actuel de l’Irak.

1218: Les Mongols, sous la direction de Hulagu Khan, ont atteint la région où vivaient les Ezidis et ont tué de nombre d'entre eux, mais les Mongols ont aussi rencontré une forte résistance des guerriers Ezidis et ont dû finalement reculer.

1245-52: Mais l'armée de Hulagu Khan a repris les combats contre les Ezidis et ont encore massacré des milliers d'entre eux. 

1254: Un conflit s'est produit entre le musulman Bader al-Din Lolo, le «maire de Mossoul», et un leader Ezid nommé Cheikh Hassan. Les hommes de Bader al-Din ont capturé Sheikh Hassan, l'ont exécuté, puis pendu son corps nu sur une porte de Mossoul où il pouvait être vu par d'autres Ezidis. Cet événement a conduit à une guerre que les Ezidis ont perdu, les forçant à fuir vers les montagnes et laissant derrière eux leurs terres, leurs villages et leurs temples. Tout ce que les Ezidis ont laissé derrière eux fut détruit. Même leur sanctuaire le plus sacré à Lalish a été profané, avec les os de leurs plus grand saint, le cheikh Adi, pris de son tombeau et brûlés devant les Ezidis. 


1414: Un leader Perse nommé Jalal al-Din Mohammed bin Izzedîne Yousif Al-Halawani a dirigé une force armée contre les Ezidis qui vivaient dans les montagnes de Hakkar. Son raid a été soutenu par les Kurdes de la région. La plupart des descendants des disciples Ezidis du cheikh Adi furent tués, et les ossements de Cheikh Adi ont été retirés de sa tombe et brûlés devant des otages Ezidis.

1585: un dirigeant kurde nommé Ali Saidi-Beg de la province du Botan a attaqué les Ezidis vivant en Sinjar et tué plus de 600 d'entre eux. Les femmes ézides ont été enlevées et violées par les vainqueurs devant des soldats ézidis capturés .

1640-41: Des villages ézidis situés près de Mossoul furent pillés et d'autres villages ézidis ont été attaqués par Ahmed Pacha, gouverneur ottoman turc musulman, ainsi que par 70.000 soldats armés. Des centaines de milliers de Ezidis ont ainsi été tués. 

1648: Le cheikh ézidi Merza se révolte contre les Ottomans qui contrôlaient alors la région de Mossoul, ceux-ci ayant déjà décapité ses deux frères. Le général ottoman Pasha a ensuite été envoyé par la Turquie pour attaquer les Ezidis. Beaucoup d'entre eux ont perdu la vie et le cheikh Merza a été lui aussi décapité.

1715: Hassan Pacha, le gouverneur ottoman de Bagdad, a attaqué les Ezidis avec une armée puissante afin de les punir. Les Ezidis qui n'ont pas été tués, ont été forcés de fuir vers la Syrie. Pasha a fait une alliance avec les Arabes locaux et a ensuite continué d’attaquer les Ezides sans pitié.

1733: L’Ottoman Ahmed Pacha détruit les villages ézidis dans la région de la rivière Zab et massacre plusieurs d'entre eux. Ce raid a ensuite été poursuivi par Hussein Pacha, qui a complètement détruit les villages et forcé 3000 Ezidis à se convertir à l'islam.

1743: Le chef persan Nadir Shah guide ses troupes en territoire ézidi, près de la rivière Zab, à environ 30 km à l'ouest de Mossoul. Elles ont pillé les villages et capturé la plupart des ézidis, pris en otages. Ceux qui ont refusé d'obéir ont été tués aussitôt.

1752: Sulaiman Pacha attaque les Ezidis de Sinjar. Sa campagne de tueries et de pillages a duré deux ans. Trois mille Ezidis ont été ainsi été tués et cinq cents femmes ont été prises en otages.

1767: L’Ottoman Pacha et le maire de Mossoul, Amin Pacha, ont exigé des Ezidis de Sinjar de lui amener 1000 moutons. Mais ne pouvant n’en apporter seulement que 800, il ordonna à ses hommes de tuer un grand nombre de ces Ezidis. 

1771 : Bedagh Beg, un des leaders ézidis de la région de Sheikhan, se révolta contre le maire de Ottoman de Mossoul parce qu'il avait cherché à convertir les Ezidis à l'Islam. Le maire de Mossoul, allié de Bairam Beg, un chef kurde, lui demanda de tuer Bedagh Beg et la plupart de ses hommes.

1774 : Le maire Ottoman de Mossoul, Sulaiman Oash, attaqua les Ezidis dans la région de Sinjar. Les villages furent pillés et détruits. 

1779 : Le maire Ottoman de Mossoul envoya plusieurs unités militaires dans le territoire ézidi de Sinjar. Ils pillèrent et détruisirent les villages et tuèrent de nombreux Ezidis. 

1785: le maire Ottoman de Mossoul, Abdel Bagi, attaqua les Ezidis dans le Sinjar pour les punir .Les soldats musulmans ont d'abord été vaincus, mais ils se sont ralliés à d ‘autres forces arabes et ont battu les Ezidis. 

1786-87 Le souverain Ezidi Cholo Beg et ses forces sont entrées en guerre avec le leader kurde de Imadiyah. Cholo Beg perdit la bataille et les Ezidis furent tués. 

1789-: Ismael Beg, le prince de Imadiyah, tue Cholo Beg et le remplace sur le trône avec un de ses proches, Khanger Beg. Lorsque Khanger Beg prit sa retraite peu de temps après, Hassan Beg, le fils de Cholo Beg, fut couronné à sa place. Hassan poursuivit la rébellion de son père en se révoltant contre les Kifbad Prince Imadiyah, période pendant laquelle les soldats des deux côtés ont été tués en grand nombre. 

1792-93: Le maire Ottoman de Mossoul, Mohammed Pacha Al-Jalili, détruit et brûle huit villages ézidi de la région de Sinjar. 

1794 : le maire Ottoman de Mossoul a repris l'attaque sur un village dans Sinjar appelé Mehrcan afin de punir les Ezidis. Mais il abandonna et perdit la bataille.

1795: Les Ottomans ont envoyé Soliman Pacha aux villages ézidis de Sinjar. Avec l'aide du prince kurde Abdullah Beg Kahin et le Prince Abdulrahman Pacha du gouvernement kurde Sulaimania, ils ont pillé, brûlé, et complètement détruit les villages ézidis. Ils ont également kidnappé 60 femmes ézidies et enlevé 650 animaux domestiques. 

1799-1800 : Le maire de Bagdad, Abdul Aziz Beg Al-Shawi, a détruit 25 villages dans la région de Sheikhan. Les femmes et les enfants ont été kidnapés et 45 Ezidis ont été exécutés. Leurs têtes ont ensuite été ramenées à Bagdad en tant que symboles de la victoire. 


1802-1803 : Le maire de Mossoul, Ali Pacha, a soumis l'administration des Ezidis dans la région de Sinjar, à son strict contrôle . De cette manière, il a jugé nécessaire d'attaquer certains Ezidis rebelles du nord, tout en supervisant un raid arabe sur eux depuis le sud. L'attaque a duré plusieurs mois, pendant lesquels plusieurs villages ézidis ont été rasés. Les Ezidis survivants ont accepté les règles d'Ali Pacha, même s'ils ont été contraints de se convertir à l'Islam. Lorsque plusieurs Ezidis se sont rebellés en 1807, la bataille a repris et 50 villages ézidis ont encore été détruits. 


1809-10: le maire Ottoman de Baghdad attaque les Ezidis de Sinjar. Son armée a pillé Sinjar, Mehrkan et d'autres villages ézidis. Beaucoup de Ezidis ont perdu leurs vies. 

1832: Bader Khan Beg, le prince Kurde musulman de Botan, torture et tue le chef Ezidi Ali Beg. Les Kurdes ont ensuite commis un massacre sans précédent de milliers de Yézidis tout en détruisant leurs villages. Les Ezidis ont essayé de s'échapper en traversant le fleuve Tigre. La plupart d'entre eux ne sachant pas nager et été noyés ou capturés. Ceux qui ont été capturés ont eu la possibilité de se convertir à l'Islam ou de mourir en martyrs.

1833: Le dirigeant Kurde de Rawandez a attaqué es Ezidis à Aqra conformément à un mandat religieux de Mulla Yahya Al-Muzuri, un leader Musulman Kurde. Cinq cents Ezidis ont été tués dans la région Sud Zab. Le secteur Sinjar a été aussi attaqué et beaucoup de Ezidis ont perdu la vies. 


1838 : le maire Ottoman de Diarbeker attaque les Ezidis de la région Sinjar et tue beaucoup d'entre eux. La même année, le maire Ottoman de Mossoul Tayar Pasha attaque le secteur Jaddala de Sinjar et ordonne aux Ezidis de payer des impôts. Quand Tayar Pasha envoie des représentants dans le village de Mehrkan, les Ezidis se sont plaints et ont tué les représentants. Tayar Pasha s'est vengé en envahissant les villages ézidis. Pour se protéger, les Ezidis se sont retirés dans les cavernes et ont essayé de résister en prenant en embuscade leur ennemi. Tayar Pasha a ainsi perdu beaucoup d'hommes et il s'est finalement retiré en arrière à Mossoul. La paix est revenue dans ce secteur Sinjar. 

1892: Les Ezidis ont été attaqués par le chef Ottoman Omer Wahbi Pacha. Celui-ci donna aux Ezidis le choix de se convertir à l'Islam, de payer des impôts plus élevés ou de mourir. Les Ezides résistent et Omar Pacha, en alliance avec les Kurdes, attaqua les Ezidis dans le Sinjar et la région de Sheikhan. Environ 15.000 Ezidis ont été, soit tués ou forcés d’accepter l'Islam. Le Pacha attaque ensuite Lalish et le tombeau du cheikh Adi, emportant à Mossoul, les reliques sacrées des Ezidis. Pendant les sept années qui ont suivi, le sanctuaire de pèlerinage Lalish a été utilisé en tant qu’école musulmane.


1906: Le maire de Mezory, M. Saddeq Al-Dammalogi, reçoit l’ordre du maire de Mossoul de supprimer tous les Ezidis de Lalish et d'utiliser le temple comme une école musulmane. Les Ezidis ont été obligés de quitter Lalish pour un an.


1914-17: Pendant la première guerre mondiale, les Ezidis ont aidé plus de 20.000 personnes à fuir vers l'Arménie, poursuivies par les Turcs ottomans.

Toutes ces activités anti-Ezidis - et beaucoup d'autres - ont été documentées par les auteurs islamiques.


Avec nos sincères remerciements à Ali Seedo Rachi, président de l‘Association Culturelle Ezidi en Irak, pour son article d'origine: « Le Ezidisme».

L'Association Ezidi a été   
déclarée à la préfecture de Saône-et-Loire.
Notre projet consiste, à faire connaître la culture ezidie aux Français, afin de créer des liens et de favoriser une bonne entente. Ce site a été créé par nous depuis 2010 et est dédié à la communauté Ezidie vivant en France.  
Notre but est d'aider les Ezidis. 

 

Pour faire un don.

R i B